Nation

Mon pays à moi, c’est un enfer

Rempli de guerres

Rempli de gangsters

Mon pays c’est un beau pays

Qui pourrait avoir une belle vie

Si l’on s’occupe de lui

Au lieu de le plonger dans l’oubli

Le vide, le néant, l’infini

J’ai entendu l’appel de la nation

Je n’y ai pas prêté attention

Ca ce n’était pas obligatoire

De mener un pays au purgatoire

Ou à l’abattoir, ou à l’abattoir

Quand on peut le mener à la victoire

Contre la haine et le désespoir

Je ne suis pas un traître

À ma patrie, sans maître unique

À part peut-être le fric

Je ne peux être silencieux

Car je deviens grincheux

Quand je garde en silence

Toutes ces choses, ces choses

Auxquelles je pense

Quand je ressens l’absence

De cette odeur, de cette essence

D‘une fleur naissante.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s